Retour à la page d'accueil
Retourner à la page d'accueil Mettre le site en favoris Mettre le site en page de démarrage Ryoweb - Flux RSS

Espace Membres


Pas encore inscrit ?
Mot de passe oublié ?

Test DVD

IRIA - ZEIRAM THE ANIMATION - L'INTéGRALE

Iria est une chasseuse de primes intergalactique. Elle n'est qu'une apprentie dans le milieu, mais démontre déjà un degré d'aptitudes certain dans les missions qu'elle entreprend. Elle essaye en réalité tant bien que mal de suivre les traces de son frère, Glen, un chasseur expérimenté. Un jour, elle se retrouve avec ce dernier et son partenaire Bob dans une affaire sordide liée au légendaire Zeiram, un monstre indestructible...
IMAGE
Qualité d'image assez pauvre, digne d'une VHS. La définition manque cruellement de précision, un effet de flou constant émane des contours des dessins. La compression se fait bien trop sentir lors des scènes rapides, les artefacts sont là pour le rappeler. Les couleurs bavent un peu de manière générale, l'étalonnage a été mal négocié. C'est donc très loin d'être parfait, mais ça se regarde... de loin.
SON
Un son stéréo de qualité plutôt correcte, proposé en deux versions : la japonaise et la française. Le changement entre celles-ci peut s'effectuer à la volée. Au niveau technique, la VF est bien moins puissante en terme d'amplitude et beaucoup plus renfermée que sa consœur japonaise. De plus, le très bon doublage proposé par cette dernière finit par convaincre le spectateur qu'il faut obligatoirement la sélectionner pour profiter pleinement de cette série d'OAV.
SOUS-TITRES
Pas de problème de timing, ni même de lisibilité de la police de caractère. On note toutefois que le générique de début est hardsubé et que son emplacement est plus que contestable. La traduction est satisfaisante, on y trouve par contre quelques petites imperfections (comme quelques fautes d'orthographe, petits contresens) et des choix d'adaptation discutables, comme le "J'en ai marre de ces conneries" d'Iria, qui est tout de même bien moins grossier en japonais. Les sous-titres sont désactivables.
INTERACTIVITÉ
La série est proposée en deux DVD aux boîtiers classiques, tous deux regroupés dans un coffret argenté, hélas un peu fragile, mais qui s'avère être plutôt chouette avec son titre sérigraphié (mais dont le "a" japonais a été bizarrement retourné à 180°). Les illustrations des jaquettes sont jolies, mais leur impression est d'une qualité plutôt basse (tramage visible), de plus, les captures d'écran visibles sur le recto deuxième DVD sont trop pixélisées. Les sérigraphies des deux disques sont tout de noir vêtues, et donc ultra sobres. Côté menus, la simplicité est encore de mise. Après une petite introduction en 3D plutôt quelconque, on se retrouve avec un écran fixe qui fait office de navigateur. Deux langues sont conjointement visibles : l'allemand et le français. Que vous optiez pour "Anime Virtual" ou "Kaze", vous aurez droit à des extraits vidéo des titres de leur catalogue respectif, une galerie d'images d'Iria (dessins conceptuels principalement) et une sorte de bêtisier plus ou moins drôle. À noter que dans la partie "Kaze", il y a également une espèce de promo de la chaîne "Mangas" à mourir de rire, tellement c'est pitoyable, mais aussi une présentation visuelle et auditive de leur tout premier site Internet (ça se passe de commentaires). Enfin, le plus important se situe dans la partie "Film/Filme" où dans le premier DVD il est question d'un petit reportage intéressant sur Masakazu Katsura (charadesigner d'Iria) à l'occasion de sa visite à Angoulême (2001). La voix du commentateur est particulièrement agaçante (notamment dans sa prononciation des différents termes japonais) et une belle erreur s'est glissée lors de la présentation des personnages de Video Girl (on nous montre ceux d'I"s). Dans le volume 2, on a droit à un petit documentaire sur l'imagerie 3D et l'animation (avec une prise de son pourrie, soit dit en passant).
AVIS
VOLUME 1

Épisode 1 : Mebatama
Après s'être fait piquer sa proie par Fujikuro, un collègue chasseur de primes, Iria rentre chez elle où elle retrouve son frère Glen qui exerce lui aussi le même métier. Quelques instants plus tard, elle s'incruste à l'insu de ce dernier dans une mission de sauvetage délicate qui se situe hors de la planète Mice. Tout à coup, apparaît le Zeiram, monstre de légende réputé immortel...

Ce premier épisode ne manque décidément pas de punch. Et même si les situations rencontrées paraissent assez basiques et que l'environnement semble fade au premier abord, le combat avec le fameux Zeiram est d'une bonne créativité. Le personnage de la jolie Iria respire la fraîcheur, mais émane comme un air de déjà-vu. Note : le générique du début de cet épisode est en réalité celui du 3, le titre "Omokage" est donc faux.

Épisode 2 : Akashima
Après s'être échappée du Karma, le vaisseau dans lequel sévissait le Zeiram, Iria atterrit dans une planète du nom de Taowajan où elle fait la rencontre de petits garnements prêts à la détrousser. Elle y apprend également qu'il lui est impossible de regagner Mice pour manque de carburant. C'est alors que... !

L'action continue de plus belle de ce deuxième épisode, avec une fois de plus l'apparition du monstre immortel. C'est aussi à partir d'ici que l'on découvre Kei, un personnage qui aura son importance dans la suite de l'histoire. Tout se finit provisoirement, après un combat sans répit où les capacités physiques d'Iria sont bien mises en avant. L'aventure continue...

Épisode 3 : Omokage
De retour sur Mice, Iria tombe de surprise en surprise. En effet, sa maison est sans dessus dessous, et plus personne ne semble au courant du sauvetage du Karma. L'affaire a visiblement été étouffée par les hautes autorités. Arrive alors Fujikuro qui lui sauve temporairement la mise d'une fusillade sortie de nulle part...

Un épisode qui dévoile de manière plus précise de ce qui se trame autour du Zeiram, bref, une intrigue plutôt banale en somme. Dans cet épisode, on assiste, une fois de plus, à l'habileté dont peut faire preuve Iria. L'apparition de Fujikuro montre également que dans le fond, il n'est pas un mauvais bougre.

VOLUME 2

Épisode 4 : Hahakigi
Kei et son copain Komimasa décident de gagner Mice en embarquant de manière clandestine dans le vaisseau du professeur Tôka, un expert qui a étudié depuis longtemps le comportement du Zeiram...

Un épisode marquant pour une raison que l'on va taire ici. Les pouvoirs du Zeiram se dévoilent de plus en plus, et ça, Iria va le découvrir avec étonnement. L'action est plus présente que jamais. Note : une nouvelle fois, le titre est celui de l'épisode 3... décidément !

Épisode 5 : Kowaburi
Iria se dirige vers Batabitajira, sa ville natale, pour y retrouver le professeur Tôka, qui lui en apprend un peu plus sur le Zeiram. Peu de temps après, elle entend ce qu'elle pense être la voix de son frère Glen. Pendant ce temps, Kei essaye de convaincre Fujikuro d'aller prêter main forte à Iria...

L'affrontement final approche à grands pas ! Et la surprise, qui n'en n'est pas vraiment une, sera de taille pour Iria. Comment va-t-elle se tirer de ce mauvais pas ?

Épisode 6 : Mahoroba
Iria s'entraîne virtuellement pour faire face au Zeiram, avec l'aide de Bob. Lorsqu'elle part l'affronter à nouveau, elle est suivie par Kei qui décide de lui prêter main forte malgré son interdiction. Enfin, le combat final.

Dernier épisode où l'on assiste, sans surprise, au combat final contre le Zeiram. Ce dernier n'est pas des plus intenses qui soient, et ce, malgré la très bonne fougue de la comédienne doubleuse d'Iria.

Zeiram est à l'origine un film "live" de Keita Amemiya, mettant en scène une chasseuse de primes, Iria, interprétée par la la jolie Yûko Moriyama, qui s'apparente au registre du sentai SF-gore, ponctué d'une petite dose d'humour de temps en temps. En 1994, Iria apparaît donc comme l'adaptation animée de ce film en 6 OAV. Sa principale spécificité se situe au niveau de son charadesign signé Masakazu Katsura (Wingman, Video Girl, DNA²), ce dernier s'essaye pour la première fois au métier de charadesigner. Son style graphique passe d'ailleurs plutôt bien à l'écran, même si beaucoup de détails se perdent. En bref, Iria est une série plutôt sympathique à regarder, même si elle ne surprend pas vraiment. L'histoire est extrêmement basique, mais ça a du rythme. Elle met en relation notre héroïne et un monstre immortel. Tout tourne donc autour de leur interminable combat. On y note malgré tout quelques bonnes trouvailles technologiques, qui s'apparentent plus à des gadgets certes, mais qui attirent bien l'attention.
Au niveau technique, ces OAV bénéficient d'une animation tout à fait correcte, même si assez loin d'être optimale dans toutes les circonstances. Le niveau de décompositions des mouvements est relativement pauvre, mais les actions, au final, rendent plutôt bien d'un point de vue dynamique. Les décors sont peut-être un peu criards au niveau des couleurs, la bande-son, quant à elle, est très quelconque, et ne marque pas les esprits.

C'est vrai qu'au final ces OAV ne sont pas ce qu'il y a de plus indispensables pour commencer une série de SF digne de ce nom, c'est même en fin de compte très moyen. Mais pour le travail de charadesigner de Masakazu Katsura, Iria mérite d'être vu.

RYO
14/05/2004
fond
Fiche technique

Titre : Iria - Zeiram The Animation - L'intégrale

Éditeur : Kaze

Réalisateur : Tetsurô Amino

Scénario : Naruhisa Arakawa d'après le film de Keita Amemiya

Année de production :

1994

Caractéristiques techniques : DVD-5 / Zone 2

Durée : 160 min

Format vidéo : 4:3

Format écran : 1.33

Son : Stéréo 2.0

Langues : Japonais, Français

Sous-titres : Français, Allemand

Casting : Aya Hisakawa, Masaru Ikeda, Shigeru Chiba...

fond
Titre visuel




barre
fond
A vous de jouer
- Ajouter votre avis
- Réagir sur le forum
- Vos avis (1)
- Acheter sur :
    www.amazon.fr
Haut de page